Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
59 : Inauguration du SESSAD ALISSA par La Ministre - AFG

Accueil > Etablissements AFG > 59 : ALISSA (Aubry-du-Hainaut) > 59 : Inauguration du SESSAD ALISSA par La Ministre

59 : Inauguration du SESSAD ALISSA par La Ministre

mardi 14 février 2012 , par AFG Webmaster
JPEG - 51.1 ko
Inauguration SESSAD ALISSA
La Ministre, Roselyne Bachelot-Narquin, et la Sénatrice, Valérie Létard, coupent le ruban

Madame Roselyne Bachelot était en déplacement dans le Valenciennois le lundi 13 février 2012. La ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale est venue inaugurer le SESSAD ALISSA [1] d’Aubry-du-Hainaut. Elle ne s’est pas contentée de couper le ruban. Elle a aussi débloqué 900 000 euros de sa réserve ministérielle pour ce projet de SESSAD et d’IME dans le Valenciennois.

Vingt millions vont aussi permettre de créer des places pour les autistes dans la région.

Source

Notre Premier Ministre, François Fillon, a lancé, la semaine dernière à Paris, l’année de l’autisme, grande cause nationale 2012, en présence notamment de Valérie Létard, sénatrice du Nord. Le 12 janvier, l’ancienne secrétaire d’État a remis à Madame Roselyne Bachelot son évaluation du plan autisme 2008-2010 avec un bilan de ce qui a été fait et des préconisations pour ce qu’il reste à faire. Lors de son tête-à-tête avec la ministre, Valérie Létard n’a pas manqué de plaider la cause d’un projet valenciennois qui lui tient à coeur. Message reçu cinq sur cinq. Madame Bachelot a décidé de financer un projet d’IME de dix places et de SESSAD de dix places (les dix premières places déjà en fonctionnement ont été inaugurées lors de cette visite) en mobilisant sa réserve ministérielle. Une cagnotte de 900 000 euros bien nécessaire.

JPEG - 75.8 ko
2012-02-13
Inauguration SESSAD ALISSA
JPEG - 323.2 ko
2012-02-13
Inauguration du SESSAD ALISSA
PNG - 359.1 ko
2012-02-13

Daniel Lenoir, Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé (ARS), a aussi entendu l’autre annonce de la ministre, soucieuse d’encourager les projets de « structures développant les méthodes comportementales » et « une prise en charge globale » des autistes, tel que ce projet porté par l’association AFG.

PNG - 303 ko
2012-02-13

L’ARS « va bénéficier d’une enveloppe de près de 20 millions pour créer de nouvelles places dans la région ». Madame Roselyne Bachelot a constaté un « retard dans certaines zones » et elle espère ainsi « un maillage du territoire » régional. Cette annonce, à une vingtaine de kilomètres de la frontière belge, était aussi symbolique. De nombreux autistes, enfants ou adultes, sont accueillis dans des structures outre-Quiévrain qui ont bien souvent une longueur d’avance sur la prise en charge française. La ministre ne perd pas de vue que les frais de séjour et les déplacements jusqu’en Belgique sont financés par la France. Mieux vaut donc créer des places ici plutôt que financer là-bas.

PNG - 306.7 ko
2012-02-13
André Masin, Président de l’AFG. Voir discours plus bas.
PNG - 285.7 ko
2012-02-13
Madame Valérie Létard, Sénatrice et Présidente de Valenciennes Métropôle

Une ministre « épatée »

À Aubry-du-Hainaut, dans cette petite structure qui vient d’ouvrir ses portes, Madame Roselyne Bachelot a été « épatée par la capacité d’implication, d’innovation et de mobilisation des parents ». Ce sont en effet des parents d’autistes qui ont porté ce projet à bout de bras et qui le font vivre aujourd’hui, soutenus par des professionnels. La ministre aimerait bien que ce « projet précurseur », ce « laboratoire d’innovation sociale », fasse des petits. Madame Roselyne Bachelot a ainsi constaté que des milliers d’autistes sont encore accueillis en hôpital psychiatrique « pour un coût journalier de 700 euros alors qu’ils seraient mieux pris en charge en structure médico-sociale ».

La Psychanalyse et le Packing condamnés sans équivoque par les parents, par les autorités politiques, et par les autorités de contrôle

Outre le soutien financier apporté par notre Ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, le plus important est la position claire de Madame Bachelot et Madame Létard pour refuser l’approche psychanalytique et le Packing qui n’ont aucune efficience dans la prise en charge de l’autisme, voire qui sont nocives pour les jeunes autistes, et qui font barrage aux prises en charges éducatives comme il en est la règle pour les enfants non handicapés, à l’école.

PNG - 290.7 ko
2012-02-13
Madame Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. Voir discours plus bas.
PDF - 19.7 ko
Communiqué de Presse
13 février 2012

Le Président d’AFG, Monsieur André Masin, tient à remercier pour leur soutien et leur implication :

Madame Roselyne Bachelot, Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale,

Madame Valérie Létard, Sénatrice et Présidente de Valenciennes Métropôle,

Madame Renée Stievenard, Maire d’Aubry-du-Hainaut,

et Monsieur Raymond Zingraff, adjoint au maire,

Monsieur Daniel Lenoir, Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé du Nord - Pas de Calais,

Madame Cécile Linquette, ¨Présidente de l’Ass des As

Monsieur Arnaud Hector, Président de Val’Autisme,

Madame Odile de Wever, Chef de service du SESSAD ALISSA,

et toute l’équipe formidable du SESSAD ALISSA,

ainsi que des acteurs économiques, sociaux et sportifs du Valenciennois pour leur soutien tels que :

TOYOTA

AUCHAN

ECS (Europe Sanitaire Chauffage)

REMY Distribution

La MACIF

GTM

le Tennis Squash Badminton Valenciennes (TSBV)

La Voix du Nord

Sources partielles : La Voix du Nord


Le Discours de Madame Roselyne Bachelot :

Inaguration du SESSAD "Alissa" dans le Nord. Discours de Roselyne Bachelot. 13 février 2012

Je suis très heureuse d’être aujourd’hui parmi vous pour inaugurer le service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) « Alissa », ici, à Aubry du Hainaut. « Le destin n’est pas une chaîne mais un envol », nous dit l’écrivain et dramaturge italien Alessandro Baricco.

A travers cette belle métaphore, il exprime, me semble-t-il, l’aspiration inaliénable de tout être à la liberté, quelles que soient les entraves auxquelles il est confronté.

Cette aspiration, c’est aussi, naturellement, celle des enfants et des adolescents accompagnés par ce service et celle des équipes qui oeuvrent à leurs côtés pour les aider à gagner cette liberté.

Vous le comprendrez donc, c’est pour moi un moment particulièrement émouvant que l’inauguration de cette structure dédiée à nos jeunes concitoyens autistes.

Vous le savez, le Premier ministre a choisi cette année de faire de l’autisme la « grande cause nationale » pour 2012.

C’est un signe fort de notre engagement à apporter aux personnes autistes et à leurs familles des réponses concrètes pour améliorer leur qualité de vie.

* Apporter des réponses concrètes aux jeunes autistes et à leurs familles : telle est bien la volonté qui a présidé à l’avènement de votre beau projet (I).

Alissa, c’est d’abord un projet innovant de plateforme globale, fondé sur une exigence de décloisonnement, ô combien nécessaire dans notre système de prise en charge.

Ainsi, sur un même site, vous entendez regrouper :

un service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD) pour les enfants atteints d’autismes et de troubles envahissant du développement ;
et un institut médico-social (IME) pour enfants et adolescents dont les troubles ne permettent généralement pas une scolarisation en milieu ordinaire.
Et c’est bien ainsi que nous devons concevoir le secteur médico-social de demain.

En cela, vous faites figure de précurseur, et je vous en suis particulièrement reconnaissante.

Dans l’élaboration de ce projet ambitieux, je sais que vous avez pu compter sur un soutien décisif : celui de Valérie Létard, qui connaît mieux que quiconque les problématiques du handicap.

Vous avez su me convaincre, Madame la ministre, chère Valérie Létard, de l’utilité d’une telle structure de proximité, car je partage avec vous, dans la politique que je mène au niveau national, la vision d’un système de prise en charge et d’accompagnement global.

C’est pourquoi je suis très heureuse de vous confirmer que j’ai décidé d’assurer le financement de ce projet en mobilisant la réserve ministérielle pour un montant total de 900 000 euros.

Je vais demander au directeur général de l’agence régionale de santé de prendre dès cette année l’arrêté d’autorisation et je souhaite qu’au plus tard dans les deux ans la plate forme fonctionne dans son intégralité.

Par ailleurs, dans la même perspective d’encourager des initiatives comme celle-ci, je vous annonce également que l’ARS nord Pas de Calais va bénéficier d’une enveloppe de mesures nouvelles de près de 20 millions d’euros, qui lui permettra de créer encore de nouvelles places dans la région.

* Plus largement, en matière d’accompagnement des jeunes autistes et de leurs familles, je dirais que nous avons une obligation de résultat pour répondre aux attentes des familles qui nous obligent (II).

Le Gouvernement a voulu, à travers le Plan Autisme 2008-2010, prendre le sujet à bras-le-corps, pour l’aborder enfin avec responsabilité, dans toutes ses dimensions, et ainsi apporter des réponses concrètes au désarroi des familles.

Vous le savez, ce plan représente un engagement financier très fort. Plus de 200 millions d’euros y sont consacrés et le rapport que vous m’avez remis, Madame la ministre, chère Valérie Létard, le souligne : il a permis des progrès sensibles.

Des progrès sensibles, d’abord, sur la connaissance de la maladie. Je pense à la publication, en mars 2010, du « socle commun de connaissance sur l’autisme », élaboré avec l’appui méthodologique de la Haute Autorité de Santé. Il est clair, désormais, que l’autisme n’est pas une psychose !

Des progrès sensibles, ensuite, sur le diagnostic avec le renforcement des moyens alloués aux Centres de ressources autisme créés en 2005 et des équipes hospitalières de diagnostic.

Au total, cela représente une augmentation de 5,6 millions d’euros sur la durée du plan.

Des progrès sensibles, enfin, sur la prise en charge de la maladie, en favorisant sa diversification, grâce au lancement des premiers établissements et services expérimentaux mettant en oeuvre explicitement des méthodes comportementales ou développementales.

Le plan prévoit notamment la création de 4 100 places supplémentaires dédiées aux personnes autistes, soit 2 100 places pour enfants et 2 000 places pour adultes. C’est un effort considérable !

Où en sommes-nous aujourd’hui, concrètement ?

A mi parcours, soit au 31 décembre 2010, 88,5% des places pour enfants ont d’ores et déjà été autorisées et 1 330 places ont été ouvertes, ce qui représente près des deux tiers des prévisions du plan.

Pour les adultes, 50 % des places sont également créées.

Enfin, 24 structures expérimentales, mettant en oeuvre les méthodes dites comportementalistes, encore peu implantées en France, ont également été autorisées.

Cela représente 381 places et un financement de 20,4 millions d’euros. Nous tenons donc nos objectifs et nous continuerons de les tenir ! * Si les avancées significatives sont donc bien réelles, elles ne nous exonèrent pas - bien au contraire - d’aller encore plus loin.

Vous avez bien montré, Madame la ministre, chère Valérie Létard, que, pour les familles, cela reste encore trop souvent un véritable parcours du combattant (III).

Avec vous, je veux le dire : oui, nous pouvons et nous devons améliorer le dépistage et le diagnostic précoce.

Oui, nous devons mettre en place des accompagnements adaptés et poursuivre la dynamique de développement de l’offre.

Je reste d’ailleurs persuadée qu’on peut le faire sans peser davantage sur les finances publiques, grâce à une meilleure efficience.

Aujourd’hui, par exemple, des milliers d’autistes sont encore accueillis en hôpital psychiatrique, pour un coût journalier de 700 euros, alors qu’ils seraient mieux pris en charge en structure médico-sociale, à un prix de journée pourtant deux fois moindre !

Nous devons privilégier la reconversion de structures sanitaires et le redéploiement au sein de structures médico-sociales existantes.

Cette problématique est d’ailleurs transversale à l’ensemble du secteur médico-social. Sur ce sujet, je vais prochainement confier à l’IGAS et à l’IGF une mission afin d’identifier les marges d’efficience.

J’étais par exemple en Moselle il y a quelques semaines et, dans ce département, le taux d’occupation moyen des IME est d’à peine 80 % !

Oui, nous devons également renforcer l’information et la formation des familles, des aidants et des professionnels.

La Haute autorité de santé a publié un certain nombre de recommandations, notamment sur les méthodes d’accompagnement.

Ces recommandations doivent être diffusées ; elles doivent être dans les programmes de formation ; elles doivent être mises en oeuvre dans les établissements médico-sociaux.

Former, toujours former et encore former ! C’est cette volonté qui doit nous animer.

Oui, nous devrons prendre une décision sur l’utilisation de certaines méthodes de prise en charge.

Pour ce faire, la Haute autorité de santé a été saisie. Elle devrait rendre ses conclusions dans les toutes prochaines semaines.

Pour ma part, je considère, avec le Premier ministre, que les traitements qui n’ont pas fait leurs preuves ou qui porteraient atteinte à la dignité des personnes autistes ne doivent plus être proposés.

Oui, enfin, nous devons continuer de faire vivre la dynamique que le plan a initiée. Pour cela, il nous faut redoubler d’efforts et nous allons le faire !

Vous le savez, le Premier ministre a reçu, jeudi dernier, les associations du collectif « Ensemble pour l’autisme » et il m’a chargée d’élaborer un nouveau plan autisme.

Je vais me mettre à la tâche, avec détermination, et nous allons nous appuyer sur votre rapport, Madame la ministre, chère Valérie Létard, qui constitue un socle solide pour continuer à avancer. * Enfin, je ne voudrais pas conclure, chers amis, sans vous rappeler à quel point, plus largement, depuis cinq ans, le Président de la République et le Premier ministre sont mobilisés pour relever les défis de la loi de 2005 (IV).

Ainsi, sur la période 2007-2012, les moyens consacrés à la politique du handicap auront augmenté de 25 %. Là encore, c’est un effort considérable qui mérite d’être souligné.

Dans le contexte de crise économique que nous connaissons, le Premier ministre a notamment souhaité que les personnes handicapées ne soient pas la variable d’ajustement de la crise.

C’est pourquoi les moyens mis en oeuvre augmenteront encore l’année prochaine.

Alors, pourquoi apporter cette attention aux personnes handicapées ? D’abord, parce que l’on ne saurait transiger avec la justice, qui est le socle même de notre pacte social.

Ensuite, parce que faire progresser les droits des personnes handicapées, c’est en réalité faire progresser les droits de tous. * A vous toutes et vous tous qui êtes si investis dans cette politique, je veux dire mon estime et ma gratitude. Ensemble, je ne doute pas que nous saurons faire évoluer le regard que nous portons sur nos concitoyens autistes.

Source : Ministère de la Solidarité


Discours d’André Masin, Président de l’AFG :

INAUGURATION DU SESSAD ALISSA
13 février 2012

Madame la Ministre,
Monsieur le Préfet,
Madame la Sénatrice et présidente de Valenciennes métropole,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le directeur de l’Agence Régionale de Sante
Mesdames et messieurs les présidents d’associations
Mesdames et messieurs,

Chers parents, chers amis et partenaires, chers salariés,

C’est avec un grand plaisir que je vous rencontre aujourd’hui à Aubry-du-Hainaut pour l’inauguration du SESSAD ALISSA qui accompagne depuis janvier 2012, 10 enfants, autistes et Asperger, garçons et filles de 3 à 18 ans.

En 2008, Odile De Wever, Présidente à l’époque de Val’Autisme et Cécile Linquette, vice-présidente de l’Ass des As, frappaient à la porte d’AFG pour solliciter notre aide. Elles avaient ensemble et avec d’autres parents construit le projet d’un service capable d’accompagner des enfants et adolescents de la région de Valenciennes, porteurs d’un trouble envahissant du développement, autistes ou présentant un syndrome d’Asperger.

Avec la force de leur militantisme associatif, avec leur courage de parent, avec leurs qualités de persévérance et avec dynamisme, ces jeunes associations avaient déjà monté des actions pour leurs enfants : les ateliers d’éveil au monde, des groupes d’habilités sociales, des prises en charge en orthophonie, l’intervention de psychologues, et bien d’autres activités.

Malgré la qualité des intervenants, ces actions présentaient deux défauts majeurs : l’absence de coordination et le caractère aléatoire des financements.

Pour pérenniser ces actions, les inscrire dans un cadre stable, et prendre en compte les nombreux enfants sans solutions dans le Valenciennois, est née l’idée du projet ALISSA : un centre destiné à accueillir et à accompagner les enfants en proposant une éducation structurée, adaptée à leurs besoins. Pour rentrer dans les cadres administratifs, nous les avons appelés IME et SESSAD, mais avec le projet de les abriter sous le même toit, pour offrir des passerelles permettant aux enfants de recevoir l’accompagnement et les soins dont ils ont besoin, aux différentes étapes de leur enfance et de leur adolescence.

AFG est intervenue aux côtés de l’Ass des As et de Val’Autisme dans sa mission : accompagner des associations de parents de personnes autistes pour transformer des projets, en établissements et services médico-sociaux, en apportant la garantie d’un professionnalisme dans la création de ces établissements, le souci de la qualité des services rendus et la rigueur de gestion.

Chacune dans son rôle, nos trois associations ont trouvé leur place : Val’Autisme et l’Ass des As, agissent localement, créent et entretiennent les liens entre les parents. Elles sont en lien avec les responsables locaux. Elles veillent à la vie associative. Représentant d’usagers, elles nous disent ce qu’elles pensent de l’accompagnement dont bénéficie leur enfant, et nous font part de l’évolution des besoins.

De notre côté, à l’AFG, nous veillons à la mise en œuvre du projet d’établissement, à la formation du personnel, à la technicité et à la cohérence des interventions, aux partenariats avec les parents, l’école et les structures sanitaires, aux relations avec les autorités de contrôle, au respect du cadre médico-social. C’est un mode de partenariat qui n’a pas d’équivalent dans le domaine de l’autisme. Il permet que chacun fasse ce qu’il sait le mieux faire.

Mais le projet ALISSA, ce ne sont pas seulement trois associations, c’est le résultat d’un engagement large de nombreux partenaires représentés aujourd’hui. Parmi eux, je voudrais citer l’Agence Régionale de Santé, qui a apporté son soutien technique à toutes les étapes du projet, et l’Education nationale, qui est, et qui sera, le partenaire central du SESSAD pour l’intégration scolaire des enfants accueillis, et avec qui nous signerons une convention de partenariat. Citons également, le Centre de Ressources Autisme et la Maison Départementale des Personnes Handicapées qui sont à nos côtés pour le diagnostic, l’orientation et l’admission des enfants, la formation et l’information des professionnels du secteur et des parents.

Je veux remercier aussi des acteurs économiques, sociaux et sportifs qui nous ont soutenu : TOYOTA, AUCHAN, ECS (Europe Sanitaire Chauffage, REMY Distribution, la MACIF, GTM, le TSBV (Tennis Squash Badminton Valenciennes).

Je voudrais mettre en exergue l’énergie déployée par Odile de Wever, d’abord pour se former, puis pour recruter son équipe, ouvrir le SESSAD, et aujourd’hui pour accompagner ces jeunes au sein du service. L’AFG est très exigeante avec ses professionnels, mais aussi très reconnaissante, car sa renommée et sa crédibilité reposent sur l’action et la qualité de chacun d’entre eux. Vous n’êtes pas seuls, vous faites partie de la famille AFG qui compte quelques 300 salariés. Vous connaissez tous l’attachement que nous avons aux approches éducatives structurées, sans dogmatisme, afin que chaque salarié, et chaque parent, aient toujours dans leur « caisse à outil » la réponse adaptée, souvent l’outil sur mesure, évolutif, pour chacun des besoins de nos jeunes avec autisme, sévère ou léger, à chaque moment de leur vie.

Depuis notre création, le 11 février 2005, AFG Autisme a créé ou repris en gestion 15 établissements et services qui accompagnent à ce jour 430 enfants et adultes autistes. Nous avons déjà une expérience dans la création d’établissements ; mais l’expérience du projet ALISSA a été pour nous particulière. Et nous espérons vraiment qu’elle le reste !

Outre le légendaire accueil des gens du Nord, nous avons été très admiratifs et reconnaissants de l’implication de Madame Stievenard, Maire d’Aubry-du-Hainaut. Non seulement Madame Stievenard nous a accueilli à bras ouverts dans sa commune mais elle nous a aussi ouvert les portes pour que le SESSAD trouve sa place parmi les acteurs locaux, avec l’école, la halte garderie, les associations sportives, le Foyer Notre Dame et les autres partenaires que nous allons encore découvrir. C’est grâce à Mme le Maire que nous avons trouvé à nous loger provisoirement dans cette petite maison que vous venez de visiter. Et c’est grâce à vous Madame que nous pourrons demain construire la suite du projet dans la commune. Un grand merci à Madame Stievenard et à Monsieur Zingraff adjoint au maire, pour le présent et pour l’avenir !

Nos remerciements vont bien sur à Madame Valérie Létard, dont nous avions déjà pu saluer l’engagement pour la cause des personnes avec autisme et qui est si active tant au plan régional qu’au plan national. Merci Mme Létard, merci à vous et à votre équipe. Nous savons que nous vous devons beaucoup. Merci au nom des enfants et des familles. Vous avez soutenu le projet ALISSA avec détermination. Grâce à vous le SESSAD a pu ouvrir et nous pouvons regarder l’avenir avec confiance.

Enfin bien sur, ce n’est peut être pas très protocolaire, mais vraiment un grand merci à vous Madame la Ministre, chère Madame Roselyne Bachelot, de nous faire l’honneur de votre présence pour l’inauguration de notre jeune SESSAD. Un grand merci d’être venue à notre rencontre, à celle des parents du SESSAD, à celle des salariés. Nous sommes très touchés et nous vous en remercions.

Grace à vous Mesdames, grâce à toutes les personnes que j’ai cité et à de nombreuses autres que je n’ai pas pu citer, 10 enfants autistes et Asperger peuvent bénéficier d’un accompagnement adapté, qui les aide dans leur intégration et leur autonomie. De nombreux autres enfants sont encore en attente. Certains sont à domicile, d’autres dans des institutions inadaptées pour répondre à leurs besoins. C’est à eux que je pense en vous passant la parole, chère Madame Valérie Létard et avec une grande reconnaissance puisque vous êtes venue à plusieurs reprises dans nos établissements, et en particulier le 28 mai 2009 en qualité de secrétaire d’Etat chargée de la solidarité pour faire le bilan de la première année du plan autisme 2008-2010. Permettez-moi de fonder de grands espoirs pour les prochaines places de SESSAD et d’IME d’ALISSA en cohérence avec l’élaboration d’un nouveau plan autisme confié à Mme Bachelot par notre Premier Ministre pour rattraper le retard de la France.

Je vous remercie de votre attention.

PDF - 111.9 ko
Inauguration du SESSAD ALISSA
13-02-2012 : discours d’André Masin, Président de l’AFG

[1SESSAD : service d’éducation spéciale et de soins à domicile. ALISSA : aide à l’intégration scolaire et sociale des enfants autistes