Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Autisme : GAUTENA, le modèle espagnol pour l'Ecole des Pyrénées à (...) - AFG

Accueil > Associations > HANDIK > Autisme : GAUTENA, le modèle espagnol pour l’Ecole des Pyrénées à (...)

Autisme : GAUTENA, le modèle espagnol pour l’Ecole des Pyrénées à BIARRITZ

jeudi 9 juillet 2009 , par AFG Webmaster

L’école des Pyrénées ouvre une classe pilote

Gautena, le modèle espagnol

Biarritz reconnaît qu’elle s’inspire clairement de l’expérience menée, depuis des années, par la structure Gautena, à Saint-Sébastien, pour ce projet de classe pilote, afin d’intégrer des enfants autistes et qui souffrent de TED (troubles envahissants du développement). La France est, en effet, très en retard par rapport à ses voisins européens et des pays comme le Mexique, dans la détection et le suivi de cette population d’enfants « extraordinaires ».

Mais les choses évoluent assez rapidement désormais, comme l’a souligné le principal porteur du projet biarrot, Jean-Philippe Claverie. L’Éducation nationale, via l’action remarquable de son IEN de circonscription Serge Viguier, a adopté le projet en moins de deux mois ! Et surtout, des investisseurs privés vont alimenter le financement de l’opération qui représente pour cinq enfants, un budget de 100 à 130 000 euros chaque année.


La forte personnalité de Patrice Lagisquet, ex-international de rugby, ex-entraîneur emblématique du BOPB avait déjà fait des merveilles au sein de Chrysalide. Une association qu’il préside et qui se bat depuis sa création pour aider les parents et amis de personnes qui souffrent de handicap mental (en particulier les enfants) à être mieux intégrés dans la vie de tous les jours. L’école en fait partie et du chemin a été franchi depuis l’ouverture, par exemple, à la demande de Chrysalide, de la première classe d’intégration expérimentale à Jean-Cavaillès à Bayonne.

Mercredi 8 juillet 2009 après-midi à l’hôtel de ville, Patrice Lagisquet a néanmoins tenu a s’effacer devant Jean-Philippe Claverie, beau-père d’un petit garçon qui souffre de troubles autistiques et de TED (troubles envahissants du développement), comme quand il offrait une passe à deux enjambées de la terre promise à un coéquipier du XV de France.

Jean-Philippe Claverie s’est en effet battu depuis des mois pour faire aboutir la belle idée concrétisée par la convention que viennent de signer l’Éducation nationale (à travers la présence de l’Inspecteur d’académie Philippe Carrière), la ville de Biarritz (représentée par son sénateur maire Didier Borotra) et enfin, Chrysalide : ouvrir à Biarritz, dès la rentrée, une classe d’accompagnement vers l’autonomie destinée aux enfants qui souffrent de troubles autistiques.

Il s’agit, ni plus ni moins, d’une « première en France », comme l’ont souligné Didier Borotra, puis Philippe Carrière, tout en se félicitant de l’énorme changement de mentalité du corps enseignant ces dix dernières années. Une prise de conscience et un engagement qui va permettre, dès la rentrée de septembre, à quatre voire cinq petits écoliers « extraordinaires » de 3 à 12 ans, de s’assoir sur les bancs de l’école des Pyrénées, au milieu d’enfants « ordinaires ».

Un éducateur par enfant

C’est cette école qui a été choisie, en concertation par l’inspecteur Serge Viguier (IEN de la circonscription), les professeurs d’écoles locaux et Jean-Michel Sorraits, conseiller municipal délégué aux affaires scolaires.

Chaque enfant sera accompagné par un éducateur spécialisé et toute l’équipe sera supervisée par un psychologue, détaille Jean-Philippe Claverie. « Le but est vraiment d’intégrer le plus possible ces enfants dans la vie de l’école. Plus on débute tôt, plus on obtient des résultats spectaculaires. On cherche à rendre ces enfants autonomes, leur donner une chance de suivre un parcours scolaire comme les autres. »

Cette expérience a pour but d’avoir une suite, et elle est presque condamnée à réussir, estiment les partenaires très confiants et qui se sont donnés les moyens.

Source : Journal Sud-Ouest (Olivier Bonnefon)