Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Autisme : un médecin spécialiste réputé brestois muté... - AFG

Accueil > AUTISME > CRA : Centres de Ressources pour l’ Autisme > Autisme : un médecin spécialiste réputé brestois muté...

Autisme : un médecin spécialiste réputé brestois muté...

lundi 17 mars 2014 , par AFG Webmaster

Cet article a été écrit par Ouest-France le 22 février 2014

Éric Lemonnier n’exercera plus au Centre de ressources autisme de l’hôpital de Brest. Il a changé de service. « À sa demande » selon le CHRU. Mais le praticien estime qu’il « dérange ».

Deux écoles se querellent, depuis des décennies, sur la prise en charge de l’autisme : les tenants d’une approche éducative et les défenseurs d’une approche psychothérapique. L’hôpital de Brest est-il le théâtre d’un nouvel épisode de cette dispute ?

Le Dr Éric Lemonnier n’exercera plus au Centre de ressources autisme à l’hôpital brestois. La nouvelle ressemble à un « coup de semonce » pour le collectif Autisme Bretagne, composé de quatorze associations. Il dénonce la « mutation récente dans un autre service » du médecin. « Ça ressemble à une mise au placard », selon une mère, « démoralisée ». « Il se retrouve dans un petit bureau, sans secrétariat. Il ne peut plus consulter les dossiers de ses patients. On ne comprend pas ! »

Le collectif exprime au médecin sa « très vive reconnaissance. » « Il a su conquérir la confiance des familles et son action auprès des établissements scolaires de la région a permis de faire évoluer favorablement la prise en compte de l’autisme pour de nombreux enfants. »

« Je les embête »

Le Dr Lemonnier est un spécialiste reconnu. Il participe au centre régional autisme depuis sa création, il y a une quinzaine d’années. Un médecin atypique. Il a développé le diagnostic dès deux ans, ainsi que l’orthophonie précoce. Son but est de favoriser la scolarisation des enfants autistes. Il rencontre les enseignants pour expliquer ce trouble du développement. Il est aussi chercheur. Récemment, dans le cadre d’une étude de l’Inserm, il a co-découvert un remède contre l’autisme : un diurétique qui diminue la sévérité des troubles. Des résultats très encourageants qui devraient être complétés par une étude européenne.

La direction de l’hôpital s’étonne : « C’est à sa demande que le docteur Lemonnier a été muté. » Le praticien travaillera pour le pôle « organe des sens » de l’hôpital, où il pourra « se consacrer à la recherche, comme il le souhaite ». Son bureau est « temporaire et les détails techniques se régleront au fur et à mesure. » Le professeur Michel Botbol, nouveau responsable du centre, assure qu’Eric Lemonnier « a toute liberté. Il pourra continuer à voir ses patients comme il le souhaite ! ».

Pour Eric Lemonnier, « c’est une mutation acceptée... mais forcée ! Je ne l’ai pas demandée. Mais je n’ai pas vocation à jouer le résistant. L’institution ne veut plus de moi. Je les embête. » Ses méthodes seraient diversement appréciées par les autres professionnels. Les résultats de son étude seraient critiqués par des collègues. Il ajoute : « L’optique de me consacrer à la recherche est séduisante. Mais pas dans ces conditions ! » Il rappelle qu’il a obtenu « deux crédits de 170 000 € et de 270 000 € » pour poursuivre ses recherches.

S’agit-il de querelles d’ego ou de chapelles ? Des parents craignent que la psychanalyse devienne la norme du centre. Le professeur Botbol répond : « Je suis psychiatre et psychanalyste mais je n’applique jamais un traitement psychanalytique à un autiste. Son départ ne va rien changer aux missions du centre. » Avant d’arriver à Brest, « j’ai favorisé l’intégration d’enfants autistes dans des classes d’écoles ordinaires », rappelle le Dr Botbol.

Un audit du centre devrait être réalisé prochainement par l’Agence régionale de santé.