Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Comité National de l'Autisme - AFG

Accueil > Etudes, rapports & textes > Organismes officiels > Comité National de l’Autisme

Comité National de l’Autisme

mercredi 11 avril 2007 , par AFG Webmaster

Le ministère de la Santé met en place un comité national de l’autisme.

 PARIS, 11 avr 2007 (AFP) - Un comité de réflexion et de proposition sur l’autisme et les troubles envahissants du développement, organe de veille et de proposition prévu dans un plan de prise en charge de ce handicap, a été installé mercredi, indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

 Composé des représentants des associations, de professionnels et des administrations concernées, le comité a pour mission "d’apporter des réponses adaptées aux besoins des personnes atteintes d’autisme ou de
troubles envahissants du développement", précise le communiqué.

 Le Dr Amaria Baghdadli, pédopsychiatre au Centre de Ressources pour l’Autisme de Languedoc-Roussillon, est chargée de recenser toutes les méthodes de prise en charge de l’autisme pour mieux connaître leur utilisation et leur degré d’efficacité.

 "Les conclusions de ce travail seront remises à l’été à la nouvelle Agence nationale d’Evaluation sociale et médico-sociale (ANESM), qui diffusera des recommandations sur les différentes méthodes de prise en charge", ajoute le communiqué.

 D’après le ministère, "toutes les régions disposeront, à la fin de 2007, d’un Centre de Ressources pour l’Autisme" qui permettra "d’orienter les familles et de leur apporter les informations et conseils nécessaires, de
mieux former les professionnels, de procéder à des études pour mieux connaître et comprendre l’autisme sous toutes ses formes".

 L’autisme concerne environ 60.000 personnes, et près de 150.000 si l’on envisage les troubles envahissants du développement, selon le ministère.


Or pour AFG, le nombre cohérent de personnes autistes sévères si on prend un taux de prévalence de 16 pour 10 000, sans parler de la population dite "Asperger" ou de haut niveau de fonctionnement, est d’environ 100 000 personnes autistes en France.

Moins de 10 % ont donc une place adaptée dans le secteur médico-social. Les 90 % restant ont une solution par défaut, inadaptée voire très inadaptée, se retrouve à l’hôpital psychiatrique sans avoir bénéficié d’un diagnostic et sans prise en charge éducative, au domicile d’un proche ou de ses parents sans vraiment de solution, ou à l’étranger et en Belgique en particulier.