Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Daniel Tammet, autiste savant, tente de percer les mystères du cerveau (...) - AFG

Accueil > AUTISME > Asperger et Autisme > Daniel Tammet, autiste savant, tente de percer les mystères du cerveau (...)

Daniel Tammet, autiste savant, tente de percer les mystères du cerveau humain

lundi 2 février 2009 , par AFG Webmaster

Daniel Tammet, l’un des rares savants autistes capable de mettre en mots ses compétences exceptionnelles tout comme ses difficultés au quotidien, tente de faire avancer les connaissances sur l’autisme et d’expliquer les secrets du cerveau humain.

Aîné d’une famille londonienne modeste de neuf enfants, Daniel Tammet, âgé de 30 ans, s’est fait connaître en 2004 pour avoir énuméré de mémoire et pendant cinq heures, les 22.514 premières décimales du nombre pi (3,1415).

Une performance qui a attiré l’attention des neuroscientifiques et fait de son autobiographie un best-seller traduit en 19 langues.

"J’ai tant appris sur mon cerveau que je voulais partager ces découvertes", explique aujourd’hui Daniel Tammet, qui vit à Avignon.

Surdoué des nombres - il les associe à des couleurs et des formes dans des paysages numériques - et des langues - il en parle douze -, il fait partie des 50 autistes "savants" recensés dans le monde.

Pourtant, ses talents ont aussi leurs revers.

"Je me perds très facilement, j’ai toujours besoin d’être accompagné, je ne peux pas conduire parce qu’il m’est très difficile de voir quelque chose dans son ensemble", énonce-t-il.

"J’ai aussi des difficultés à me souvenir des visages", une "tâche cognitive très complexe" que chacun effectue sans s’en rendre compte, sourit-il.

Dans un français coloré d’accent britannique, il raconte ses crises d’épilepsie infantiles, sa scolarisation en école ordinaire, son confortable monde intérieur fait de chiffres et de mots. Un univers devenu étriqué quand, à 9 ans, il découvre le sentiment de solitude. Suivront des années d’efforts pour apprendre la socialisation.

"Toute mon enfance, je me suis battu contre les problèmes que j’avais, j’ai voulu être comme les autres", raconte-t-il.

Au fil des pages de son livre de vulgarisation scientifique intitulé "Embrasser le ciel immense" en référence à un poème d’Emily Dickinson, il donne, études scientifiques à l’appui, des clés pour améliorer sa mémoire, apprendre plus facilement les langues ou comprendre l’essence de la créativité, appelant sans cesse chacun à développer ses instincts et son imagination.

Daniel Tammet y évoque sa rencontre avec Kim Peek, le savant autiste qui a inspiré le personnage interprété par Dustin Hoffman dans Rain Man (1988), un film qui, selon lui, déforme la réalité et est basé sur des impostures scientifiques.

Il critique aussi l’idée que les génies auraient un cerveau-ordinateur "quasi inhumain". "En réalité, le cerveau, les compétences, le talent, le génie sont liés à l’humanité de chacun et à l’amour", dit-il, énigmatique.

"Mozart a fait ce qu’il a fait parce qu’il avait un amour de la musique. Einstein aussi parlait de la beauté de ses équations, moi je ne compresse pas les nombres, je danse avec eux, c’est lié à une sensibilité, si on n’a pas d’amour, on n’a pas de génie", tranche-t-il.

"Il est une parole pour ceux qui ne peuvent pas s’exprimer. Les scientifiques disent de lui qu’il est la pierre de Rosette de l’autisme", s’amuse Jérôme Tabet, son compagnon avec qui il vit à Avignon.

"Du point de vue médical, je serai toujours autiste mais je crois que j’ai vaincu la prison de l’autisme à force de me battre contre mes difficultés", poursuit Daniel.

Et il appelle à soutenir les enfants autistes "parce que ce qu’ils ont à offrir peut enrichir toute l’humanité".

Source dépêche AFP le 2 février 2009

Extrait d’un reportage sur France 2 le 6 février 2009 au journal de 20h00, puis cliquez sur le sous-titre "un autiste surdoué" à 22mn et 12s du journal télévisé.

Dommage que le journaliste, après le reportage, ne précise pas la réalité de l’autisme en France avec une pensée pour tous les autistes exclus de la société. Il aurait pu préciser également que les recherches scientifiques faites sur le cerveau de Daniel Tammet permettront d’apporter une meilleure compréhension des autistes très déficitaires.


Portrait d’un homme d’exception

Daniel Tammet est un homme à part. Cet Anglais est ce qu’on appelle "un autiste savant", autrement dit, un génie des nombres et des langues qui a réussi à maîtriser son handicap. Il est l’auteur d’un livre qui fait le tour du monde. Dans "Embrasser le ciel immense", un ouvrage de vulgarisation scientifique sur le cerveau, le sien et celui des autres, Daniel Tammet explique comment chacun peut apprendre à mieux s’en servir.
La première fois que ce virtuose du calcul mental fait parler de lui, c’était Oxford. Il venait de réciter les 22.514 décimales du nombre Pi. Un marathon de plus de 5 heures. Aussi spectaculaire : il est également capable de donner instantanément le résultat d’une multiplication à 10 chiffres !
Pour lui, les chiffres ont des couleurs, des formes et des personnalités différentes.
"Quand je fais une multiplication, je vois les nombres comme les formes, en 3 dimensions et c’est comme ça que je vois. Je vois réellement le résultat", raconte-t-il.
Daniel Tammet est atteint d’autisme. Enfant, il ne comprenait rien au monde qui l’entourait.
"Le monde était quelque chose de chaotique, les enfants aussi, je ne comprenais pas comment me faire des amis, comment jouer avec eux. Alors, je jouais avec les choses que je pouvais comprendre : les nombres et les chiffres", se souvient-il.
Aujourd’hui, Daniel parle 12 langues couramment mais ne retient pas les visages. Il se perd toujours dans Avignon, où il a choisi de s’installer, et préfère ne jamais conduire. C’est son compagnon, Jérôme Tabet, qui lui rend la vie plus facile. C’est d’ailleurs avec lui qu’il a traduit son dernier livre.
"Jérôme est comme mon ombre, il est toujours là, il m’aide toujours dans ma vie quotidienne, dans ma vie professionnelle aussi, on voyage ensemble", confie Daniel.
Cet aîné de 9 enfants rend souvent hommage à son entourage et à ses parents qui l’ont toujours aidé, encouragé à se dépasser : "Les autistes sont comme les autres. On a des émotions, on veut tomber amoureux un jour, on veut partager, contribuer à notre société autour de nous. Grâce à mes livres, à Jérôme et ma famille j’arrive à faire ça, et j’espère que je montre aux enfants, et aux parents, que c’est possible pour eux de réussir sa vie"...

source