Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
L'autisme, un vrai filon pour la Belgique, qui coûte une fortune à la (...) - AFG

Accueil > FAMILLES - Vie Pratique > Familles > L’autisme, un vrai filon pour la Belgique, qui coûte une fortune à la (...)

L’autisme, un vrai filon pour la Belgique, qui coûte une fortune à la France. Une France minable qui préfère garder ses chômeurs

mercredi 19 novembre 2014 , par AFG Webmaster

La France manque cruellement de places dans ses établissements spécialisés pour enfants handicapés, physiques ou mentaux. Des milliers de parents, qui se retrouvent alors sans solution adaptées pour leurs enfants, se dirigent vers la Belgique francophone. En Wallonie, les enfants dits "différents" sont pris en charge dans des classes avec un tout petit nombre d’élèves, huit au maximum. Ils sont scolarisés dans les mêmes conditions que les autres enfants.

160 euros pour la course en moyenne

Le chiffre de 3000 enfants handicapés français est avancé pour ceux qui passent la frontière belge. Chaque jour, plusieurs centaines de taxis français passent en Belgique avec à leur bord des enfants français : 160 euros pour la course en moyenne. Les deux tiers (2/3) viennent du Nord-Pas de Calais, mais certains viennent même de région parisienne. Cette situation coûte très cher à la sécurité sociale et aux collectivités locales qui prennent en charge l’intégralité de ces frais de transport.

4,5 millions d’euros de frais de taxis sont alors remboursés tous les mois par la Sécurité sociale et 9 millions pour la scolarité des enfants (soit 13,5 millions d’euros mensuels).

La secrétaire d’état aux personnes handicapées, Ségolène Neuville, interviewée dans ce reportage, qualifie la situation d’"insupportable" mais déclare sur France 2 que le problème ne sera pas résolu avant plusieurs années.

Chaque jour, plusieurs centaines de taxis français passent en Belgique avec à leur bord des enfants français. Des milliers de parents, qui se retrouvent sans solution adaptée pour leurs enfants en France, se dirigent vers la Belgique francophone.

Aujourd’hui plus de 3 500 enfants et adultes autistes sont accueillis en Belgique et ce sont les conseils généraux (départements) Français et l’assurance maladie Française qui paient.

Voir la vidéo :
Journal Télévisé de 20 heures sur France 2, le 4 novembre 2014 : les enfants handicapés français scolarisés en Belgique partent en taxis

Avec ces mêmes financements envoyés aujourd’hui à l’étranger pour lesquels il n’y a aucune retombée économique pour la France, des milliers de places pourraient être crées en France, créant ainsi des centaines d’emplois, donc moins de chômeurs, et au final des économies.

Les enfants auraient moins de fatigue.

L’Etat paierait moins de chômeurs.

L’économie locale en bénéficierait directement.

Nous n’avons pas d’argent, et nous faisons tout pour ne pas améliorer la situation. L’économie sociale est une vraie richesse.

Sur le territoire Français, l’administration a un droit de regard, de contrôle, alors qu’en Belgique l’Etat Français n’a aucune autorité, d’où certaines dérives bien connues par les familles, les associations et les politiques.

Mais nos gouvernants préfèrent rester dans l’immobilisme, faire l’autruche, sans aucun courage politique.

Seulement 10 à 20 % des enfants autistes ont une solution adaptée. Et pour les adultes c’est encore pire : seulement 3 % de réponse adaptées.