Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
La ville a su légitimer son pôle équestre (charente-maritime : (...) - AFG

Accueil > FAMILLES - Vie Pratique > Loisirs détente > La ville a su légitimer son pôle équestre (charente-maritime : (...)

La ville a su légitimer son pôle équestre (charente-maritime : Saintonge)

dimanche 6 décembre 2009 , par AFG Webmaster

Romain Raymond et Eloïse Chapel sont les deux premiers cavaliers professionnels à profiter de l’accueil du Haras national, qui devient ainsi pour eux une pépinière d’entreprises.

De Pompadour à la Normandie (Le Pin et Saint-Lô) en passant par Cluny ou Saintes, les Haras nationaux ont été passablement agités, ces dernières semaines, par le vent de la réforme lancée par leur tutelle, le ministère de l’Agriculture.

Le schéma territorial, mis en oeuvre dès 2005, visait déjà à réduire le nombre d’implantations et, sous la pression des professionnels, à pratiquer des prix conformes au secteur privé. Est lancé, aujourd’hui, le deuxième étage de la fusée avec la création de l’Institut français du cheval et de l’équitation. Celui-ci regroupera l’École nationale d’équitation - le Cadre noir de Saumur - et les différents Haras nationaux. La formation et la valorisation des activités équestres auprès des collectivités territoriales relèveront de la compétence de cet institut.

Les étalons gérés par un GIP

Parallèlement, sera créé un Groupement d’intérêt public baptisé France Haras, qui rassemblera les différentes activités de reproduction, étalonnage et prestations techniques. Avec 51 % des parts, l’État resterait l’actionnaire majoritaire de ce groupement, les 49 % restants étant détenus par des professionnels (éleveurs, étalonneurs, vétérinaires) et des collectivités territoriales.

Entrant en vigueur le 1er janvier 2010, dans moins d’un mois, cette réforme changera-t-elle quelque chose pour le Haras national de Saintes ? À court terme, pas grand chose. Les cinq agents et trois cadres s’occupant, ici, de la reproduction seront mis à la disposition du futur groupement. Ils auront toujours en charge la reproduction à partir de la dizaine d’étalons (selle français, trait ou trotteur) présents dans les box ou disponibles en... éprouvettes (plus de 80). 300 juments sont saillies chaque année à Saintes.

Le Groupement d’intérêt public s’appuiera sur une gouvernance interrégionale. Le Poitou-Charentes n’étant pas une grande région d’élevage équin, le centre de décision ne se situera plus à Saintes pour ce versant reproduction.

La formation, l’insertion

Pour autant, Saintes ne perdra pas « son » haras dont l’ensemble immobilier appartiendra au futur institut. En clair, l’État ne vendra pas ce bijou de famille.

À Pascal Guimard d’y développer un projet de pôle équestre. La sellerie Antarès ne donnant pas suite à son implantation au Haras (« Sud Ouest » du 18 avril ), le délégué régional des Haras nationaux a déjà revu la copie du développement du site.

Le travail entrepris sur la formation (à travers l’accueil de jeunes cavaliers professionnels) et l’insertion (avec des actions auprès de jeunes autistes ou handicapés physiques et mentaux) est désormais reconnu au plan national. Il a été soutenu, notamment par le Conseil général qui a investi 250 000 euros en travaux sur le site, entre 2007 et 2009.

Pascal Guimard veut croire que le Département et d’autres collectivités accompagneront le projet ambitieux qu’il caresse : la valorisation du patrimoine hippomobile, des métiers de la sellerie et du cuir, l’aménagement d’un restaurant, d’une cafétéria et d’une librairie dans une aile du Haras. Le délégué régional a chiffré l’investissement (un million d’euros) mais il n’a pas bouclé le tour de table financier.

Deux ardents avocats

En Poitou-Charentes, les Haras nationaux ont aussi pour vocation de développer les races régionales, trait mulassier et baudets du Poitou. Le partenariat actif avec le Conseil général et le Parc interrégional du Marais poitevin autour du Conservatoire des races et l’asinerie de Dampierre-sur-Boutonne constitue d’autant plus un atout que le site reçoit 30 000 visiteurs par an, dont beaucoup de scolaires.

Quand il a donc fallu défendre la pérennité du haras auprès des instances ministérielles, le travail engagé tant à Saintes qu’à Dampierre a pesé. Autant que les ardents avocats qui l’ont défendu ; Jean Rouger, le maire PS de Saintes, et Dominique Bussereau, le président UMP du Conseil général, ont avancé les mêmes arguments convaincants.

Source : Sud-Ouest