Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Le crépuscule d'une idole : L'affabulation freudienne (Michel (...) - AFG

Accueil > BIBLIOGRAPHIE - Informations > Autres auteurs > Le crépuscule d’une idole : L’affabulation freudienne (Michel (...)

Le crépuscule d’une idole : L’affabulation freudienne (Michel Onfray)

vendredi 7 mai 2010 , par AFG Webmaster

Commentaire officiel :

L’auteur montre à partir d’une étude minutieuse des textes de Freud, que ce dernier n’a pas pu établir et créer une structure scientifique à la psychanalyse et la faire entrer au rang de science. Le freudisme et la psychanalyse reposent sur une affabulation de haute volée appuyée sur une série de légendes.

Freud méprisait la philosophie et les philosophes, mais il fut bel et bien l’un d’entre eux, auteur subjectif d’une psychologie littéraire...

Freud se prétendait scientifique. Faux : il avançait tel un "Conquistador" sans foi ni loi, prenant ses désirs pour la réalité.

Freud a extrait sa théorie de sa pratique clinique. Faux : son discours procède d’une autobiographie existentielle qui, sur le mode péremptoire, élargit son tropisme incestueux à la totalité du genre humain.

Freud soignait par la psychanalyse. Faux : avec la cocaïne, l’électrothérapie, la balnéothérapie, l’hypnose, l’imposition des mains ou l’usage du monstrueux psychrophore en 1910, ses thérapies constituent une cour des miracles.

Freud guérissait. Faux : il a sciemment falsifié des résultats pour dissimuler les échecs de son dispositif analytique, car le divan soigne dans la limite de l’effet placebo.

Freud était un libérateur de la sexualité. Faux : son oeuvre légitime l’idéal ascétique, la phallocratie misogyne et l’homophobie.

Freud était un libéral en politique. Faux : il se révèle un compagnon de route du césarisme fasciste de son temps. Chamane viennois, guérisseur extrêmement coûteux et sorcier post-moderne, il recourt à une pensée magique dans laquelle son verbe fait la loi.

Ce livre se propose de penser la psychanalyse de la même façon que le Traité d’athéologie a considéré les trois monothéismes : comme autant d’occasions d’hallucinations collectives. Voilà pourquoi il est dédié à Diogène de Sinope...

Grasset avril 2010

612 pages

Prix Amazon 20,90 €

BMP - 154.7 ko
Crépuscule d’une idole
Michel Onfray :
L’affabulation Freudienne

Notre critique :

Michel ONFRAY

Freud, un faussaire ?

Le crépuscule d’une idole.

Remarquable ouvrage pour ceux qui voudront se forger une idée claire sur les réalités de l’inventeur de la psychanalyse.

Michel ONFRAY a lu l’ensemble des écritures de Freud (20 Tomes) avec une exceptionnelle conscience professionnelle de journaliste d’investigation. Il fonde sur ses recherches les preuves de l’imposture que constitue la secte inventée par ce philosophe, car il n’était rien d’autre et ses réflexions sont pures fabulations. Freud était un imposteur, un pilleur des idées et des écrits des autres qu’il s’est approprié sans scrupule. Il était un aventurier (conquistador) aux obsessions absurdes comme la masturbation. Il réduit tout à la sexualité, y compris les grands compositeurs qui seraient des génies à cause de leurs propres obsessions sexuelles, un problème anal. Freud est un affreux conservateur qui adhérait au régime de Mussolini à qui il a fait une dédicace. Freud a travaillé avec l’institut nazi Goering pour que la psychanalyse perdure sous le règne du reïsch d’Adolphe Hitler.

Il fait de son cas personnel, de ses pulsions bestiales, une généralité, instituant qu’il a la pensée universelle. Exemple du principe d’oedipe car il a lui-même désiré sexuellement sa mère et généralise son attirance.

La psychothérapie ne peut avoir, comme le reconnaît Freud, qu’un effet placebo. La science a reconnu que l’effet placebo pouvait intervenir dans une guérison à hauteur de 30 %, ceci uniquement si la maladie n’a pas une grande importance. Il avoue qu’il faut apprendre à vivre avec la maladie, avec ses difficultés et que la psychanalyse n’apporte rien.

Freud reconnaît que la psychanalyse ne guérit que les gens bien portants, riches de préférence. La psychanalyse est une secte qui a émergé et qui perdure encore, car quelques dizaines de personnes y ont un intérêt direct et en constituent les gourous. En effet ils en ont fait leur fond de commerce, soit financier, soit en termes de pouvoir d’influence. Ceux là seuls verront d’un mauvais œil cette œuvre de Michel ONFRAY, fruit d’un journalisme d’investigation attaché à la vérité « vraie » pour que chacun puisse, en toute liberté de pensée, se forger une idée.

Seul point qui ne soit pas négatif dans les œuvres et l’existence de Freud : Alors que la religion interdisait qu’on parle de la sexualité, Freud l’a faite rentrer dans la philosophie.