Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Pris au piège, les "psychanalystes" tentent de faire interdire le (...) - AFG

Accueil > AUTISME > packing et psychanalyse > Pris au piège, les "psychanalystes" tentent de faire interdire le (...)

Pris au piège, les "psychanalystes" tentent de faire interdire le documentaire « Le Mur ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme »

dimanche 6 novembre 2011 , par AFG Webmaster

Autisme : « Le Mur », docu qui dérange des psys français

AFG apporte son soutien clair à Madame Sophie Robert, journaliste, qui a réalisé ce documentaire révélateur. La psychanalyse n’apporte rien aux personnes autistes et ne constitue en rien une prise en charge adaptée. son inéficacité scientifique est là, les connaissances internationales le montrent. La prise de position tant des journalistes ou écrivains (par exemple dans le crépuscule d’une idole : L’affabulation freudienne (Michel Onfray) ) que des scientifiques au niveau international ( Les personnes atteintes d’autisme : Identification, Compréhension, Intervention) donnent la réponse à ces querelles dogmatiques et aveugles. Les faits sont là, et il n’y a rien de plus tétu qu’un fait. La psychanalyse n’est pas une réponse aux personnes autistes ! Certes les familles doivent avoir le choix, mais il est quand même aberrant que l’argent public, si rare en ce moment, serve des convictions innefficaces et globalement rejetées par les "clients avertis".

PDF - 352.5 ko
En défense
Les conclusions de Madame Sophie Robert contre son assignation à jour fixe (audience au TGI de Lille) dont le lien figure en bas de cet article

Source : Sophie Verney-Caillat,
Journaliste

« Le Mur » montre la mainmise de la psychanalyse sur le traitement de l’autisme. Trois psys cherchent à bloquer la diffusion du film, qu’ils jugent « partisan »

Le film « Le Mur ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme » montre comment le traitement des autistes est, en France, verrouillé par les psychanalystes et les psychiatres, au détriment d’autres approches.

Sophie Robert est productrice et réalisatrice, passionnée de psychanalyse, et critique la vision freudienne de la femme comme « sexuellement psychogène ». Depuis quatre ans, elle enquête en anthropologue sur les pratiques des psychanalystes « orthodoxes », finalement assez peu connues du grand public et qu’elle juge « dogmatiques » :

« Je pensais faire un travail plus nuancé au début. Mon but était de dresser un état des lieux de la psychanalyse, de leur demander : que prenez-vous et que laissez-vous de Freud et Lacan ?

J’ai découvert qu’il y avait des dogmes qui ne faisaient pas débat, comme l’idée que toutes les femmes sont psychotiques à la naissance de leur enfant, qui est un substitut du phallus... »

Assumer leurs propos « politiquement incorrects »

Elle tourne 27 interviews, démarche des chaînes télévisées pour leur vendre une série de plusieurs fois 52 minutes et, finalement, décroche une aide de l’association Autistes sans frontières pour aboutir à un premier volet, diffusé depuis septembre sur le site de l’association. La suite est en préparation.

Bande-annonce du documentaire « Le Mur », de Sophie Robert

Face caméra, les psys assument le côté « politiquement incorrect » de leur discours. Mais une fois qu’ils voient le film, trois d’entre eux s’étranglent. Ils saisissent le tribunal de grande instance de Lille, qui nomme un huissier aux fins de faire saisir les rushes.

Leur but n’est toujours pas clair, Me Christian Charrière-Bournazel, leur avocat, n’ayant pas répondu à nos sollicitations. Mais, selon l’ordonnance sur requête que Rue89 a pu consulter, ils semblent préparer une demande d’interdiction :

•« les rushes confirmeront que leurs propos ont été dénaturés », est-il écrit. Les saisir empêchera la réalisatrice de les « détruire afin d’échapper à toute interdiction judiciaire dont pourrait être frappée son film et plus généralement à toute action en responsabilité » ;

•ils reprochent à Sophie Robert de s’être « présentée comme journaliste alors qu’elle est gérante de société de production » : ils oublient qu’il n’est pas besoin d’avoir la carte de presse pour réaliser un documentaire en qualité d’auteur ;

•ils « ont découvert avec stupéfaction que leurs interviews avaient été coupées et défigurées aux fins d’un film partisan » : les coupes font partie du travail normal de documentariste, et leur choix relève de la liberté d’expression ; il n’est pas rare qu’un film d’auteur assume un parti pris ;

•ils estiment que « la pensée et les propos des intervenants sont réduits et déformés par le sens des commentaires » : rien n’interdit le commentaire de porter sur des interviews, voire de prendre leur contrepied ;

•ils se disent « piégés » dans un film qui ne serait pas, à leurs yeux, un documentaire mais « une entreprise polémique destinée à ridiculiser la psychanalyse au profit des traitements cognitivo-comportementalistes (TCC) ».

« A​tteinte au secret des sources des journalistes »

La réalisatrice, qui ne veut pas que les plaignants croient qu’elle a « quelque chose à cacher », a retranscrit les trois heures d’interviews avec les trois psychanalystes qui la poursuivent (Esthela Solano Suarez, Eric Laurent et Alexandre Stevens, membres de l’Ecole de la cause freudienne).

Elle vient de transmettre à l’huissier un DVD avec des images originales, brutes, des interviews avec les timecodes (marquage temporel) « afin qu’ils voient bien que, techniquement, il n’y a pas de coupe inopinée dans les séquences ».

Selon son avocat Me Benoît Tritan, demander les rushes est une « atteinte au secret des sources des journalistes » protégé par la loi du 4 janvier 2010.

L’avocat a saisi le juge en référé afin de faire annuler l’ordonnance initiale ; une audience est prévue le 15 novembre au TGI de Lille. Pour Me Titran :

« Le travail a été réalisé de façon loyale, comme en attestent les autorisations de tournage, leurs propos ont été parfaitement respectés et il n’y a aucune atteinte à la probité, sinon ils auraient poursuivi en diffamation. »

Les parents d’autistes : « Si on dénonce, on est mis au bûcher »

Le documentaire avait déjà fait pas mal de bruit dans le milieu des parents d’autistes et des associations. Cette poursuite lui donne un écho encore plus retentissant.

Delphine Piloquet, déléguée générale d’Autistes sans frontières, jure que « ça ne s’arrêtera pas là » :

« On a l’impression qu’on attaque une religion d’Etat, c’est une fatwa qui s’abat sur ce film alors que sa force c’est que ce sont les psys interviewés qui eux-mêmes disent des énormités. »

Cette mère d’enfant autiste rappelle que c’est par « pragmatisme » et non par « idéologie » qu’elle a sorti son fils de l’hôpital psychiatrique où il stagnait, pour le réintégrer dans « notre monde », grâce aux techniques comportementalistes.

Le point de vue de l’auteure du documentaire rejoint celui des parents dont elle entend les appels au secours :

« C’est délirant. Tous les jours, des mères m’appellent pour me dire combien elles sont déconcertées par les troubles détectés par leur psychiatre, qui font de l’endoctrinement avec la souffrance des autres sans se remettre en cause... Et si on dénonce ça, on est mis au bûcher.

La vérité, c’est qu’elle leur a extirpé ce qu’ils pensent et qu’ils ne disent pas aux parents, elle a eu le mérite de lever le voile. »

Assignation à jour fixe au TGI de Lille (8 décembre 2011) pour tenter de faire interdire le documentaire « Le Mur ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme »