Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Recommandation HAS ANESM sur l'autisme : décision du Conseil (...) - AFG

Accueil > Droits des usagers - droit des familles > Conseil d’Etat > Recommandation HAS ANESM sur l’autisme : décision du Conseil (...)

Recommandation HAS ANESM sur l’autisme : décision du Conseil d’Etat

mardi 23 décembre 2014 , par AFG Webmaster

Dans sa décision du 23 décembre 2014, le Conseil d’Etat a validé l’application aux professionnels et aux établissements de santé de la recommandation de bonnes pratiques intitulée « L’Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent », formulée en mars 2012 par l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) et la Haute autorité de Santé (HAS).

Le Conseil d’État a rejeté tous les arguments de l’Association lacanienne internationale opposés à la HAS et à l’Anesm sur le contenu de la recommandation et sa méthode d’élaboration. Il a refusé de l’annuler en ce qu’elle concerne les professionnels de santé.

En 2012, la HAS et l’Anesm ont élaboré ensemble une recommandation sur l’autisme et les autres troubles envahissants du développement chez l’enfant et l’adolescent. Ce document constitue une étape importante pour les enfants et les adolescents concernés, pour leurs familles ainsi que pour les professionnels de santé qui les prennent en charge au quotidien. Il vise à optimiser la prise en charge précoce des enfants par des interventions de qualité scientifiquement valides autour d’un projet personnalisé d’interventions adaptées et réévaluées régulièrement. C’est sur le fondement de cette recommandation que le plan Autisme 3 a été élaboré.

Le Conseil d’Etat rejette l’ensemble des arguments développés par les partisans de l’annulation (relativement à la méthode d’élaboration et au contenu de la recommandation conjointe HAS/Anesm)

La HAS souligne que le contenu de la recommandation n’est nullement remis en cause par le Conseil d’Etat. Au contraire, ce dernier rappelle le droit de la HAS de « choisir la procédure d’évaluation qui lui semble la plus pertinente » lors de l’élaboration d’une recommandation de bonne pratique : consensus formalisé, analyse de la littérature scientifique, groupes de travail pluridisciplinaires …

La recommandation demeure en l’état pour les professionnels de santé.

La HAS salue le partenariat avec l’Anesm qui a permis de mener ce travail important.

Il est rappelé que la psychanalyse n’est pas dans les pratiques recommandées. C’est donc que la psychanalyse n’est pas recommandée pour l’autisme. C’est une avancée claire pour l’ensemble des familles et des professionnels sérieux qui fondent leurs interventions sur des approches scientifiques, et non sur des délires voire des approches sectaires.