Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Un adolescent autiste agressé dans un collège - AFG

Accueil > FAMILLES - Vie Pratique > Education Nationale > Un adolescent autiste agressé dans un collège

Un adolescent autiste agressé dans un collège

jeudi 13 janvier 2011 , par AFG Webmaster

Un adolescent autiste de 15 ans a été pris à partie lundi par ses camarades de collège dans les toilettes d’un C.E.S. à Nantiat, en Haute-Vienne, et une jeune fille a diffusé la vidéo des faits sur Facebook, rapporte mercredi le quotidien La Montagne reporté ci-dessous. L’enfant a été bousculé, puis ses camarades lui ont versé le contenu d’une poubelle sur la tête, tout en filmant leurs faits d’armes.

La mère de l’enfant a annoncé qu’elle comptait porter plainte mercredi à la gendarmerie. Le procureur de Limoges a été saisi des faits. Ce type de violence en milieu scolaire, de même que la diffusion d’une telle vidéo sur Internet constituent des délits. Le fait que l’agression soit commise sur un élève souffrant d’un handicap constitue une circonstance aggravante.

Source : Europe 1


Article paru dans La Montagne :

Un adolescent autiste maltraité dans son collège, en Haute-Vienne

Les auteurs de l’agression lui ont versé le contenu d’une poubelle sur la tête, l’ont filmé et ont diffusé la vidéo sur le réseau social Facebook.

Une enquête pour violences aggravées, commises au collège de Nantiat est ouverte par la gendarmerie.

Lundi après-midi, un adolescent autiste de 15 ans aurait été pris à partie dans les toilettes du collège de Nantiat.

Plusieurs élèves auraient bousculé le jeune homme, vraisemblablement dans ce qui était au départ un simple jeu. Mais ils lui ont ensuite versé le contenu d’une poubelle sur la tête tout en filmant la scène.

Une jeune fille de l’établissement a ensuite diffusé la vidéo sur le réseau social Facebook.

Contactée par téléphone, la mère de l’enfant nous a annoncé hier soir qu’elle allait porter plainte dès aujourd’hui à la brigade de gendarmerie.

« Ce sont des faits très graves, s’est-elle indignée. Ce qu’ils ont fait est insultant, humiliant. »

Mais la mère, en l’absence d’une enquête complète sur ces faits, tente d’être la plus lucide et objective possible :

« Parfois, les adolescents sont méchants entre eux et ne se rendent pas compte de la portée de leurs actes. Pour le moment, je n’ai pas connaissance de l’intégralité des faits. Une vidéo a effectivement été diffusée sur Facebook et plein de gens l’ont vue lundi soir.

Que mon enfant soit handicapé ou pas, ces faits que l’on m’a rapportés, sont extrêmement graves. Au départ, peut être ne voulaient-ils pas lui nuire volontairement. Je ne veux pas minimiser, mais j’attends qu’une enquête soit conduite pour tirer les choses au clair. »

La gendarmerie a d’ores et déjà récupéré la vidéo, désormais absente du Web et aurait déjà identifié les trois auteurs, scolarisés en 3e.

Le procureur de Limoges, saisi des faits, a indiqué que les violences en milieu scolaire constituaient un délit avec cette circonstance aggravante que les faits ont été commis sur un enfant souffrant d’un handicap.

Un second délit peut leur être reproché : la diffusion sur le Net de la vidéo.

Franck Lagier
franck.lagier@centrefrance.com


Le FIGARO présente également la position de Luc CHATEL

Le parquet de Limoges a ouvert une enquête préliminaire après la diffusion sur Facebook d’une vidéo dans laquelle un collégien autiste est pris à partie par quelques camarades. Luc Chatel exprime « sa plus grande indignation ».

Un geste inexpliqué. Lundi après-midi, trois élèves du collège de Nantiat, dans la Haute-Vienne, bousculent un de leur camarade autiste dans les toilettes de l’établissement, lui versent le contenu d’une poubelle sur la tête, filment la scène et la diffusent sur Facebook.

Une plainte est ensuite déposée par la mère de l’adolescent autiste et une enquête préliminaire confiée à la gendarmerie de la Haute-Vienne, afin notamment de recueillir les déclarations des auteurs de l’acte, âgés de 15 ans, et d’entendre le chef de l’établissement.

« Ce sont des faits très graves, s’est indignée la mère de l’enfant auprès de La Montagne, qui a révélé l’affaire mercredi. Ce qu’ils ont fait est insultant, humiliant. » Le quotidien précise que la gendarmerie a saisi la vidéo et qu’elle n’est plus visible sur Internet.

« Perturbé »

Selon le procureur de Limoges, Michel Garrandaux, le collégien pris à partie n’a pas été blessé, mais, il est « simplement un peu perturbé par les événements » en raison de son handicap.

Le magistrat a ajouté que personne n’aurait parlé de cette « chamaillerie de cour de récréation » si elle n’était pas sortie sur Internet. « On appréciera les suites à donner soit en saisissant le juge des enfants soit par une mesure plus adaptée à la situation comme une mesure de réparation », a également précisé Michel Garrandaux. D’après le procureur, les violences en milieu scolaire constituent un délit, avec cette circonstance aggravante que les faits ont été commis sur un enfant souffrant d’un handicap. Un second délit pourrait être reproché aux adolescents : la diffusion sur le Net de la vidéo.

Sur RTL , mercredi soir, Luc Chatel a exprimé sa « plus grande indignation face à cet acte absolument insensé qui consiste à avoir agressé un élève, un enfant handicapé, puis ensuite deuxième stade de l’agression à avoir diffusé sur internet les images de cette agression ». Le ministre de l’Education nationale a ajouté : « On voit monter ce type d’affaires qui sont assez préoccupantes donc c’est pour ça que j’ai demandé à mes équipes, aux recteurs, aux inspecteurs d’académie de donner des instructions fermes pour que nous puissions améliorer, renforcer cet enseignement du bon usage, de la bonne utilisation d’Internet et des réseaux sociaux. »


Le jeune Maxime, humilié par des camarades de classe lundi dernier (17 janvier 2011), a repris les cours hier matin, au collège de Nantiat, dans une ambiance apaisée.

A cette occasion, le recteur de l’académie de Limoges, Jean Bertsch, a tenu une conférence de presse pour « mettre un terme » à cette histoire née « autour d’un cas intimiste et douloureux ».

Le recteur a tout d’abord reçu la mère de l’élève. « Elle souhaite aujourd’hui que la paix et la sérénité reviennent », a-t-il répercuté auprès des médias présents.

Concernant les personnes ayant chahuté le jeune homme de 15 ans et lui ayant versé le contenu d’une poubelle sur la tête, il devrait y avoir prochainement « un conseil de vie scolaire qui se penchera sur l’incident. Des dispositions seront prises, éventuellement des sanctions ».

Côté judiciaire, la sanction pénale pourrait être aussi un stage de sensibilisation au handicap.

Source : Lepopulaire.fr