Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/2/d179225619/htdocs/config/ecran_securite.php on line 252
Un régime sans gluten et sans caséine n'a aucune incidence sur (...) - AFG

Accueil > AUTISME > Régimes > Un régime sans gluten et sans caséine n’a aucune incidence sur (...)

Un régime sans gluten et sans caséine n’a aucune incidence sur l’autisme

mercredi 5 mai 2010 , par AFG Webmaster

Un régime sans gluten et sans caséine n’est d’aucune efficacité pour traiter l’autisme, affirme une équipe de chercheurs du Meadows Center Autism Spectrum Disorders Institute de l’Université du Texas à Austin (UTA). Ces scientifiques en sont arrivés à cette conclusion après avoir effectué une analyse critique de 15 importantes études scientifiques qui visaient à évaluer une telle diète comme traitement des troubles envahissants du développement ou troubles du spectre autistique.

« Même si les causes de ces troubles demeurent inconnues, certaines hypothèses ont abouti à la mise au point de méthodes de traitement qui ont été partagées avec le public bien avant que ne soient publiées des données suffisantes sur l’efficacité et la sécurité de ces traitements », fait remarquer Austin Mulloy, chercheur principal de l’étude publiée dans le journal Research in Autism Spectrum Disorders, une publication évaluée par les pairs.

Parmi les nombreuses causes avancées se trouve l’hypothèse que les personnes autistes seraient atteintes d’une déficience de l’activité enzymatique du tractus gastro-intestinal, dont, par ailleurs, la perméabilité est anormalement grande. Conséquemment, les autistes absorberaient des sous-produits de la digestion incomplète de la caséine - une protéine présente dans le lait et d’autres produits laitiers - et du gluten - une protéine du blé, de l’orge et d’autres céréales - qui sont toxiques. Pour cette raison, le nombre de parents qui ont décidé de soumettre leur enfants autiste à ce genre de diète a significativement augmenté au cours des dernières années.

Or, selon l’équipe de recherche de l’UTA, des défauts méthodologiques graves invalident les études qui présentent cette diète comme un traitement efficace des troubles du spectre autistique. Elle soutient qu’un certain nombre de phénomènes - bien documentés - autres que l’efficacité de la diète expliquent les résultats positifs observés. En conclusion, Austin Mulloy et ses collègues recommandent de ne soumettre à cette diète que les enfants chez lesquels des médecins ont diagnostiqué une allergie ou une intolérance au gluten ou à la caséine.

Source : Le Devoir